Henri Michel, un héros de BD

BANDE DESSINEE – En 1981, Henri Michel, joueur emblématique du FC Nantes, est devenu le temps d’un album un personnage de bande dessinée.

Henri Michel (1947-2018) est unanimement reconnu comme étant le plus grand joueur de l’histoire du Football Club de Nantes. Il a disputé 532 matches sous le maillot jaune, record qu’il partage avec le gardien de but Jean-Paul Bertrand-Demanes. Arrivé en 1966 au FC Nantes, Henri Michel y effectue toute sa carrière jusqu’en 1982, la plupart du temps comme capitaine. Trois fois champion de France (1973, 1977, 1980), il décroche également la Coupe de France en 1979 et dispute la demi-finale de la Coupe des Vainqueurs de Coupes l’année suivante.

Son image est tellement associée au FC Nantes que lorsque des auteurs de bande dessinées choisirent de faire jouer leur héros footballeur contre le club nantais, ils ne purent s’empêcher de faire d’Henri Michel un personnage de l’histoire . Ainsi le capitaine nantais figure-t-il sur la couverture de « Droit au but » (1981, Novedi), quatrième tome des aventures d’Eric Castel, signée Raymond Reding et Françoise Hughes.

L’album est centré sur une demi-finale de Coupe d’Europe qui oppose en match aller et retour le FC Barcelone d’Eric Castel au FC Nantes. Dès les premières vignettes représentant le match, le capitaine nantais s’impose en rival direct du héros de la série. On le voit notamment inscrire un but fantastique devant la tribune du stade Marcel-Saupin.

Henri Michel n’est pas le seul personnage réel de cet épisode. On reconnait aussi Jean Vincent, l’entraineur du FC Nantes de l’époque, et un joueur en arrière-plan de la couverture semble bien être le libéro argentin Ugo Bargas.

La série utilise peu de personnages réels. Sur quinze albums, on ne croise guère que le joueur anglais Kevin Keegan, le président Francis Borelli du Paris Saint Germain, et… Hennes, la mascotte du FC Cologne. Raymond Reding pourtant n’aimait rien tant que de croquer les grands noms du football, tels Raymond Goethals ou Dominique Dropsy que l’on découvre dans d’autres séries.

Curieusement, jamais le nom du joueur nantais n’est cité dans l’album. Il est le « capitaine nantais« , le « numéro 5« , mais jamais « Henri Michel« . Rivaux sur le terrain, le héros et le joueur deviendront rapidement amis par ailleurs. A peine le match terminé, on les voit d’ailleurs se fixer rendez-vous.

L’album, sorti en 1981, nous emmène dans le Nantes du début des années 1980, au Stade Marcel-Saupin bien entendu, mais aussi au Château des Ducs et au Passage Pommeraye. Il est devenu un album que chérit tout supporter du FC Nantes, d’autant plus que l’issue de la confrontation (spoil) tourne à l’avantage des Canaris.

C’est la première fois dans la série que le FC Barcelone concède une défaite. Dans l’album suivant, les joueurs du Barca regarderont la finale à la télévision. Une finale que remportera, mais oui, le FC Nantes, nous offrant le plaisir de voir Henri Michel brandir la Coupe d’Europe au ciel !

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :