West Ham, bulles éternelles

CHANSON – A défaut d’un palmarès de géant, le club londonien de West Ham United conserve une image très forte, grâce à un style, un maillot et surtout une chanson indémodable, « Forever Blowing Bubbles« 

west-ham-united

West Ham United a depuis toujours cultivé l’image d’un club populaire et ouvrier. Il a été créé en 1895 au sein d’une usine dans l’est londonien, sous le nom de Thames Iron Works FC, puis a adopté le nom de son quartier en 1900.

Le club possède l’un des plus beaux maillots du monde, mauve à manches bleu ciel, qu’il partage avec Aston Villa et Burnsley. Il a connu son heure de gloire dans les sixties avec des joueurs tels Bobby Moore, Geoff Hurst et Martin Peters, artisans du titre de champion du monde conquis en 1966 par l’équipe d’Angleterre. Et il possède son propre chant.

Très tôt les fans du club ont fait résonner des chants à Boleyn Ground, le stade également connu sous le nom d’Upton Park. Notamment « Up the Hammers » et  « Come on you Irons« . Mais ces deux morceaux vont rapidement être supplantés, comme hymne quasi-officiel du club, par « Forever Blowing Bubbles« .

forever-blowing-bubbles-cover

Cette chanson provient des Etats-Unis et de la comédie musicale « The passing show of 1918« . Elle a été composée par John W. Kellette et les paroles ayant été écrites par un dénommé Jaan Kenbrovin, un pseudonyme derrière se cachent en fait trois hommes, James Kendis, James Brockman and Nat Vincent.

Le morceau d’abord interprété par Helen Carrington devient un tube dans de nombreux pays anglo-saxons, dont l’Angleterre. Dès le début des années 1920, le morceau allait gagner les tribunes de Boleyn Ground.

L’histoire de cette chanson est donc similaire à celle de « You’ll never walk alone » qui bien des années plus tard passera elle aussi des music-halls de Broadway aux tribunes des stades anglais. Mais le cheminement qui a conduit « Bubbles » dans les choeurs de West Ham a fait l’objet de nombreuses recherches, et la version retenue par les historiens tient sur un fil très ténu.

Bubbles-by-John-Millais

Bubbles de John E.Millais (1886)

Il faut remonter aux compétitions scolaires de foot qui étaient organisées dans le quartier de West Ham des années 1920. Le jeune Billy Murray, un des joueurs de l’équipe de Park School, était surnommé Bubbles car il ressemblait au gamin du tableau éponyme de John Millais (1886) devenu célèbre parce qu’il était utilisé dans les publicités du savon Pears. Pour le féliciter d’un match où Billy Bubble Murray fut particulièrement bon, le directeur de son école, Cornelius Beal, se mit à entonner « I’m Forever…« .

Or Beal était un proche de Charlie Paynter, entraîneur de l’équipe réserve de West Ham et futur grand manager du club. Celui-ci se dit que « Forever » serait une excellente chanson pour son club. Il convoqua un orchestre et le fit jouer le morceau avant chaque match à domicile des Hammers. Lorsque l’orchestre n’était plus présent, c’est le public qui se chargea lui-même de chanter le morceau.

Bien sûr, il est probable que « I’m Forever… » fut chanté dans d’autres tribunes avant Upton Park. Ainsi le club de Swansea revendique également son utilisation au début des années 1920, mais la tradition n’a pas semble-t-il pas perduré.

En 1980, le groupe punk Cockney Reject fait une reprise Oï du morceau pour manifester son soutien à West Ham. Le morceau figure également sur la bande originale du film Green Street Hooligan dont les scènes de foot se passent à Upton Park. Aucun doute : « Forever Blowing Bubbles » est et restera la chanson de West Ham United.

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :