Dali, un génie sans ballon

PEINTURE – En quelques occasions, Salvador Dalí (1904-1989) a intégré le foot dans son oeuvre, mais avec beaucoup de parcimonie et peut-être un peu de mépris.

dali-barca

Son nom complet est Salvador Dalí i Domenech et peut-être certains y verront déjà une référence au ballon rond. Mais le génie autoproclamé de la peinture surréaliste n’était pas vraiment un amateur de foot.

Certes, durant sa jeunesse à Figueras, Salvador découvre les joies du football avec ses copains. Comme il n’est pas très bon, ou parce qu’il aime déjà se distinguer, il choisit le poste de gardien de but, comme le grand Ricardo Zamora. Il est même présent, en 1919, à la création du club de l’Unió Esportiva Figueres, où joueront la plupart de ses amis. Mais pas lui.

Dalí est déjà tourné vers l’art et affine son talent en peignant le portrait de ses amis.En 1921, il glisse sa première référence au foot dans le portrait de son ami Joan Torres, qui porte l’écusson de l’UE Figueres sur le revers de sa veste. Il peint également un autre ami, Jaume Miravitlles, en tenue de footballeur. Un portrait classique et un autre en pied. L’homme porte un bérêt sur la tête, un maillot blanc à parement noir, largement ouvert sur sa poitrine, un short noir et des chaussettes noires et blanches.

Ces portraits de début de carrière resteront longtemps les seules références du maître au football. En 1973, le FC Barcelone fête ses 75 ans et demande à des artistes peintres catalans une oeuvre à la gloire du club. Joan Míro réalise à l’occasion un tableau magnifique (voir notre article Miro redessine le Barça), mais Dalí, qui n’a jamais caché son soutien au général Franco, n’est pas enclin à exalter les valeurs catalanes. C’est sous l’insistance des dirigeants du Barça (et à la lecture du cachet proposé) que l’artiste s’exécute. Il livre une lithographie assez décevante tout en jouant le jeu des médias en posant avec l’écharpe blaugrana… tout en avouant n’avoir jamais entendu parler de Johan Cruyff…

Dali, Salvador ; 1904ñ1989. ìFootballeurî, v. 1980. Technique mixe.

En 1976, Dalí invite au musée qui porte son nom, inauguré deux ans plus tôt, l’équipe entière de l’UE Figueres pour une rencontre-performance dont il a le secret, mais dont les footballeurs se sentiront à vrai dire un peu étranger.

Un an plus tard, à la demande du club catalan de Sant Andreu, au bord de la faillite, l’artiste réalise un nouveau tableau à la gloire du foot, intitulé Gol!. Il permet au club de renflouer quelque peu ses caisses, mais pas à l’histoire de l’art de progresser.

DALI-1976-gol

 

 

Sources et inspiration :

  • L’article « Goal volant » de Javier Prieto Santos paru dans le numéro 100 de So Foot en octobre 2012.
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :