Raquel Welch, Chelsea girl

PHOTOGRAPHIE – En 1971, le photographe Terry O’Neill fait une séance photo avec l’actrice Raquel Welch, qui porte la tenue du Chelsea Football Club.

Raquel Welch Chelsea FC

La séance de photos date de 1971. L’actrice Raquel Welch pose dans un décor de western avec un colt menaçant à la hanche, mais aussi la tenue complète du Chelsea Football Club. La star hollywoodienne porte très précisément le numéro 9, celui de Peter Osgood, avant-centre du club londonien, une des grandes stars du championnat anglais de l’époque.

La séance a lieu en Espagne, à l’occasion du tournage d’un western, « Hannie Caulder » de Burt Kennedy. Terry O’Neill, le photographe, est un fan de Chelsea mais cela ne suffit sans doute pas pour convaincre une star de cinéma, a priori peu au fait des choses du foot, de poser dans un accoutrement de footballeur.

En fait, la légende veut que l’actrice de 31 ans soit tout simplement amoureuse de Peter Osgood ! Terry O’Neill raconte qu’elle porte souvent un tee-shirt ou est inscrit une mystérieuse phrase : « I scored with Peter Osgood« .

Un jour de 1971, lors d’un match Chelsea-Leicester, Raquel Welsh apparaît à Stamford Bridge, accompagnée de Jimmy Hill, un ancien joueur de Fulham, devenu une star du petit écran. A un moment du match, on voit l’actrice au bord du terrain, visiblement éméchée, qui tente d’attirer l’attention de Peter Osgood .

« Elle pensait probablement que je n’avais que ça à faire, laisser le match pour aller la voir. Je pense qu’elle n’y comprenais rien au foot, raconte Osgood dans son autobiographie. Si j’avais été George Best, je lui aurais glissé mon numéro. En même temps, si j’avais été George Best, c’est elle qui m’aurait donné son numéro. »

Naissance d’une idylle ? La réalité, toujours plus pragmatique parle d’une mise en scène imaginée par Greg Tesser, l’agent du footballeur. Celui-ci connait bien le photographe Terry O’Neill qui est à la fois fan de Chelsea et ami de Raquel Welch. La séance photo où la belle porte la tenue de son joueur préféré aurait donc été l’outil d’une machination destinée à faire parler d’Osgood dans la presse. Tout simplement.

Sources et inspirations :

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :