L’invraisemblable destin de la Victoire Ailée

TROPHEE – La Coupe Jules Rimet est le premier trophée utilisé en 1930 pour récompenser les champions du Monde de foot. En quarante ans de service, ce trophée a vécu une existence mouvementée et une triste fin.

La Coupe Jules Rimet

Lorsqu’il grimpe à bord du paquebot Le Conte Verde en 1930, Jules Rimet emmène dans ses bagages une statuette dorée de trente-cinq centimètres. Il déclare  six kilos environ d’argent fin plaqué or. Cette statuette représente Niké, la déesse grecque de la victoire, laquelle soutien au dessus d’elle un calice de forme octogonale. La Victoire Ailée, c’est son nom, est l’oeuvre d’un sculpteur français, Abel Lafleur. Elle est destinée à récompenser l’équipe championne du monde de football.

C’est l’Uruguay, pays organisateur, qui remporte la première Coupe du Monde en 1930. L’Italie lui succède en 1934, puis récidive en 1938. Survient alors la Seconde Guerre Mondiale. Le trophée est conservé dans le coffre d’une banque à Rome. Mais craignant que les fascistes s’en emparent, le dénommé Ottorino Barassi, président de la Fédération Italienne de football et vice-président de la FIFA, ramène discrètement le trophée chez lui et l’enferme dans une boîte à chaussures qu’il met à l’abri sous son lit. Le trophée restera ainsi caché jusqu’à la fin de la guerre.

Au retour de la paix en 1946, le trophée retrouvé prend le nom de Coupe Jules-Rimet. Le dirigeant français remet en effet son tournoi à l’ordre du jour dès 1950. Il présidera la FIFA jusqu’en 1954, deux ans avant qu’il ne rende son dernier souffle.

Le 20 mars 1966, alors que la Coupe du Monde doit se dérouler en Angleterre, le trophée est subtilisé pendant une exposition publique au Westminster Central Hall. Le pays est en émoi et l’enquête est confiée à Scotland Yard. Et c’est par le plus grand des hasards que l’on retrouvera le trophée. Sept jours après le vol, un petit chien dénommé Pickles découvre l’objet dans un jardin du sud de Londres, sous un buisson, enveloppé dans du papier journal. Pickles est aussitôt élevé au rang de héros national. Il mourra malheureusement, étranglé par sa laisse alors qu’il pourchasse un chat, quelques mois après la découverte qui l’a rendu célèbre.

La Fédération Anglaise, très échaudée par ce vol, décide de créer une réplique du trophée, sans même avoir l’accord de la FIFA. Une légende circule depuis, qui prétend ainsi que le trophée que les joueurs anglais brandirent le 30 juillet 1966 à Wembley n’était pas le vrai.

En 1970, le Brésil remporte le tournoi pour la troisième fois. Comme le veut le règlement, la Coupe Jules-Rimet devient définitivement propriété de la Fédération Brésilienne de Football (CBF). Elle est conservée au siège de la CBF dans une armoire munie d’une façade de verre pare-balles.

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Mais le 19 décembre 1983, le trophée va de nouveau être dérobé par des malfrats qui forcent l’arrière de l’armoire avec un pied-de-biche. Cette fois, on ne retrouvera jamais la coupe. Sans doute a-t-elle été fondue pour récupérer l’or. Quatre hommes seront condamnés par contumace. La CBF a fait faire une réplique, qui n’a en rien consolé les amoureux du football.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :