Platini mon amour

CHANSON – Sur son album « Løve » sorti en octobre 2013, Julien Doré rend hommage à Michel Platini à travers une chanson d’amour.

Platini Juventus

« Platini » est le septième titre du troisième album de Julien Doré. Une chanson lancinante, basée sur une boite à rythme, un xylophone, une voix douce de plus en plus aigüe, et pour finir, une chorale d’enfants. Loin du cliché viril des chansons foot.

Cela part d’une rime toute bête, « Sur le banc de touche, juste après la douche » à la suite de laquelle le chanteur dit avoir « revu » Michel Platini. Sans doute pas le footballeur, mais bien le dirigeant dans la force de l’âge, puisque leur discussion tourne autour de Ribéry et Toulalan, des joueurs de l’équipe de France des années 2010.

Les paroles précisent aussi que l’ancien numéro 10 du foot français « …a bien grossi… » . Il est peu probable que Platini fut l’idole de Julien Doré. Le chanteur est né en 1982 (le 7 juillet, la veille de Séville…), Le footballeur a mis fin à sa carrière lorsque le futur chanteur n’avait que cinq ans.

Ce n’est donc pas une chanson d’amour pour le footballeur mais bien pour l’homme. Julien Doré explique qu’il tente « de mettre en place une homosexualité latente dans le monde du football qui ne l’accepte pas« . Curieusement, il parle de Platini au féminin « Michel, ma belle« , comme un hommage aux Beatles (ou à Gérard Lenorman ?).

Il surnomme le président de l’UEFA « Mon oiseau de nuit » et ajoute « Ton pied de porcelaine est gravé à vie« . On en revient donc au foot puisque l’on parle de pied. Et les pieds de Platini, ce n’est pas rien. Michel Hidalgo lui-même ne disait-il pas à propos de son capitaine que « même ses pieds sont intelligents » ?

« Platini » de Julien Doré. Extrait de l’album « Løve«  (2013).

PS : Ce n’est pas la première fois que Michel Platini est l’objet d’une chanson :

  • En 2012, le groupe Dionysos sort un single nommé « Platini(s) », où il est peu question de foot sinon de « s’envoler tel un coup-franc brossé« .
  • En 1998, pour une compilation éditée par le quotidien Libération, Charlélie Couture et Tom Novembre s’amusaient à conter les exploits de leur idole dans un désopilant « Numéro 10« .
  • La même année et sur la même compilation éditée par Libération, « Achille à Mexico » est un morceau dédié à Platini lors de la Coupe du Monde 1986.
Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :