Chacun son métier : la chanson

CHANSON – Ils sont nombreux les footballeurs à avoir poussé la chansonnette. Mais ils sont rares ceux qui ont fait preuve de talent, voire même de bon goût. Petite liste pas encore exhaustive. (Mise à jour le 21 juin 2013).

On prête souvent à Julio Iglesias un passé de footballeur professionnel, et plus précisément de gardien de but. Soyons précis : Le beau Julio gardait bien les buts du Real Madrid dans les rangs amateurs (ce qui souligne quand même un très bon niveau). Un grave accident de voiture, à l’âge de dix-neuf ans, a définitivement brisé son rêve de devenir un jour l’héritier de José Iribar. C’est durant sa convalescence qu’il a appris la guitare et s’est mis à roucouler ses premières chansons.

zic-jpfrancoisAutre footballeur-chanteur bien connu, Jean-Pierre François, l’interprète du très pénible « Je te survivrais« . Celui-ci a joué à Blénod, Dijon et Saint-Etienne mais il a lâché le foot en 1987 à l’âge de 23 ans. Sa carrière de chanteur n’a pas été plus longue, puisqu’elle a pris fin dès 1990 après seulement un album. Fortune faite, JPF coule aujourd’hui des jours heureux sous le soleil de Saint-Tropez.

Alexi LalasC’est aux Etats-Unis, dans les années 1990, qu’il faut dénicher un véritable footballeur chanteur. Alexi Lalas, le défenseur américain au look Buffalo Bill, grande star de la Coupe du Monde 1994, est parallèlement le chanteur-guitariste du groupe The Gypsie, qui a enregistré deux albums. Une fois raccroché les crampons, il restera contre toute attente dans le monde du foot, délaissant sa carrière musicale pour diriger des clubs de la Major Soccer League.

C’est en Angleterre, que l’on trouve les premiers footballeurs invités à pousser la chansonnette. On peut remonter jusqu’en 1912 avec le dénommé Harold Walden, buteur de l’équipe d’Angleterre aux Jeux Olympiques de Stockholm, puis héros de la guerre 1914-1918, qui s’est lancé dans le music-hall, tournant quelques films et enregistrant quelques 78 tours dans l’entre-deux-guerres.

Il y eut également dans les années cinquante Colin Grainger, l’international anglais qui animait les repas d’après-match avec son joli timbre de voix. Il fut poussé à exprimer son talent sur scène. Il enregistrera deux albums, fera de nombreux concerts et assurera même la première partie des Beatles.

John Charles, l’avant-centre gallois de la Juventus Turin sort en 1959 une ritournelle « Love In Portofino » . Pas une franche réussite, mais le début d’une ère : celle des footballeurs qui se prennent pour des chanteurs.

Just Fontaine est le premier footballeur français à commettre un disque. Sur des paroles et musique de Gil Bernard, l’homme au treize buts enregistre en 1960 l’improbable « Moi, j’ai une gosse » . Le sympathique Justo apporte également sa contribution à l’accordéoniste Maurice Larcange en posant sur ses pochettes de disque

Billy Wright, international anglais, premier joueur au monde à atteindre le cap des cent sélections, sort en 1961 un single nommé « Sing Song Just For Kicks » . A-t-il atteint le cap des cent exemplaires vendus ?

Johan Cruijff Franz Beckenbauer sort en 1966 le sombre « Gute Freunde kann niemand trennen » , un flop. Trois ans plus tard, son rival Johan Cruijff sort le tout aussi mauvais « Oei Oei Oei » . Allemagne-Hollande : zéro partout. Même le bomber Gerd Müller tente « Dann macht es bumm« , tout aussi mémorable.

En 1967 sort un maxi-45-tours, « The Spurs Go Marchin’ On« , regroupant des standards interprétés par les joueurs de Tottenham Hotspur. Ainsi Joe Kinnear et Pat Jennings qui chantent « When Irish Eyes Are Smiling« , Terry Venables « Bye Bye Blackbird » , Alan Mullery « Maybe It’s Because I’m A Londoner » et Simon Templar « Strollin » avec Jimmy Greaves.

Pelé GuitareLe roi Pelé a également poussé la chansonnette et enregistré en 1969 deux titres en duo avec la grande Elis Regina : « Perdão não tem » et « Vexamão » (voir notre article Un chanteur nommé Pelé).

Alan Ball et Emlyn Hughes auraient sorti en 1970 un morceau intitulé « Make Me An Island » . Tout comme Bobby Moore et Francis Lee auraient commis « Sugar Sugar« .

Kenny Dalglish, international écossais et idole du Celtic Glasgow, interprète en 1975 « Saturday Afternoon » en compagnie de Sandy Jardine.

En Espagne, Carlos Martinez Diarte, l’attaquant paraguayen du Valence FC, met le feu lors d’un show télévisé de la fin d’année 1976, où il interprète une ritournelle disco digne des plus grands latin lovers du monde hispanique (voir l’article dans Old School Panini). Julio Iglesias est vengé.

Kevin Keegan, star du Liverpool FC exilée au Hambourg SV, édite « Head Over Heels In Love » , qui atteindra la trente-et-unième place des charts anglais.

Brian Clough, l’entraîneur du Nottingham Forest vainqueur de deux Coupes d’Europe consécutives, chante « It’s Only A Game » en 1980.

Peter Shilton et Ray Clemence, les deux rivaux du poste de gardien de but de l’équipe d’Angleterre règlent leur comptes… en musique sur le single « Side By Side » sorti en 1980.

Marius Trésor Marius Trésor, libéro de l’équipe de France, s’offre en 1980 une biguine à sa propre gloire, « Sacré Marius« . Quatre ans plus tard Saar Boubacar, joueur de l’OM puis du PSG, emploie les mêmes recettes pour lancer sa propre « Beguine à Bouba« .

Johnny Rep, star néerlandaise de l’AS Saint-Etienne, dribblant aussi bien nos meilleures défenseurs que nos inspecteurs du fisc, commet également en 1980 un single « Singing in the morning« . C’est assez médiocre, mais quelques vingt-quatre années plus tard, en 2004, le groupe Mickey 3D réhabilitera la star néerlandaise du point de vue musical (voir notre article « Johnny, Johnny, fais-moi mal« ).

« This Time » est un album sorti en 1982 sur le même concept que « The Spurs Go Marchin’ On » en 1967 : Des chansons reprises par des footballeurs, en l’occurrence cette fois des joueurs du onze d’Angleterre en partance pour la Coupe du Monde en Espagne. Glenn Hoddle entonne « We are the Champions » , Viv Anderson et Trevor Francis interprètent « You’ll never walk alone » et Justin Fashanu chante « Do It Cos You Like It« .

Joël Bats Joël Bats, gardien de but de l’équipe de France et poète à ses heures perdues, enregistre un album en 1985 d’où sera extrait le single « Soli-solitude« .

Enzo Scifo, l’enfant prodige du football belge, rappelle en 1985 ses origines italiennes avec « Gagné d’avance » adapté du « Innamorata » de Toto Cutugno. C’est pas gagné !

Michel Platini prête sa voix pour la bonne cause en 1986, enregistrant quelques mots pour le premier disque au bénéfice des Resto du Coeur. Dix ans plus tard, toujours pour la même cause, Eric Cantona monte sur scène aux cotés de Johnny Hallyday pour interpréter « Excuse moi partenaire » . Et pourquoi pas « Excuse moi supporter« , hein Canto ?

Chris Waddle et Glenn Hoddle, les deux diamants de Tottenham Hotspur, enregistrent en 1988 le tubesque « Diamonds Light« .

Ruud Gullit ne chante pas, mais il joue de la basse avec le groupe reggae néerlandais Revelation Time, le temps d’un single sorti en 1987 en hommage à Nelson Mandela, « South Africa« .

Roger Milla, grande vedette de la Coupe du Monde 1990, n’a pas perdu de temps pour faire fructifier sa célébrité nouvelle. Aussitôt le Mondiale italien terminé, Papy l’indomptable sort un bel album « Sandy » . Puis repart s’entraîner pour la prochaine Coupe du Monde.

Chris Waddle, dribbleur fou de l’OM du début des années quatre-vingt-dix, revient en studio en 1992 cette fois avec Basile Boli pour un consternant « You got the feeling« . Dans le même temps, trois autres joueurs de l’OM, Abedi Pelé, Eric Lada et Carlos Mozer, enregistrent un single (« I like the life« ) sous le nom de Black Balls. Voir ses joueurs enregistrer des disques agace prodigieusement le président Bernard Tapie, lequel oublie qu’il avait sorti lui-même un disque au début des années soixante-dix.

John Barnes World In MotionJohn Barnes, l’attaquant de Liverpool et de l’équipe d’Angleterre surprend tout son monde en rappant comme un chef sur le single « World in Motion » de New Order. Ses camarades de choeurs (Paul Gascoigne, Peter Beardsley et l’inévitable Chris Waddle) n’en sont toujours pas revenus.

Vinnie Jones, le terrible défenseur du Wimbledon FC, réputé pour sa tête à claques et ses tacles à retardement, sort le single « Crazy Games » en 1993. Sa carrière foot terminée, Jones ira faire le méchant à Hollywood.

Ian Wright, le charismatique attaquant d’Arsenal, lance en 1993 un single rap « Do The Right Thing » qui parviendra à se hisser à la quarante-troisième place des charts.

Pascal Olmeta, l’ex-gardien de Bastia, du Matra-Racing, de l’OM et Lyon, sort en 1994 un premier single rap « Tape dans le ballon » écrit par Jean-Pierre Savelli, alias Peter et Sloane sans Sloane. L’année suivante, le gardien fou sort un duo avec l’animatrice TV Bettina Antoni : « C’est la folie« . Et puis s’est arrêté là…

Gadji Celi est le capitaine de l’équipe de Côte d’ivoire qui remporta la CAN en 1992. Parallèlement, le milieu de terrain de l’ASEC Abidjan enregistre également des chansons, souvent liées au foot. Sa carrière de joueur terminée, l’ex-capitaine poursuit toujours les enregistrements et fait une belle carrière de chanteur.

Paul Gascoigne ne pouvait échapper à l’appétit des maisons de disque. En 1997, Gazza sort un lourd « Fog on the Tyne » . A oublier…

Emmanuel Petit, auteur le 12 juillet 1998 d’un but ô combien symbolique puisqu’il s’agissait non seulement du millième de l’histoire de l’équipe de France, mais aussi de celui qui entérina le sacre de l’équipe de France, est invité un an après son exploit à sussurer « Et un, et deux, et trois-zéros » avec Sophie Thalmann, l’ex-Miss France qui assure la rubrique People à Télé-Foot. « Je traîne ça comme un boulet » déclare depuis le joueur français.


zic-youri
Youri Djorkaeff, autre héros national du 12 juillet 1998, entre dans les studios en l’an 2000 pour y entonner l’abominable « Vivre dans ta lumière » . Celle de Zizou ?

Andy Cole, attaquant de Manchester United, sort en 1999 le très RnB « Outstanding » .

Barthez, Benachour, Blanc, Boghossian, Campbell, Candela, Cannavaro, Roberto Carlos, Desailly, Deschamps, Diouf, Djorkaeff, Dugarry, Figo, Helguera, Henry, Leboeuf, Young-Pyo Lee, Ljungberg, Lizarazu, Mboma, Makelele, Marquez, Micoud, Olembe, Petit, Pires, Ramé, Ronaldinho, Sagnol, Santa Cruz, Scholl, Sylvestre, Songo’o, Hakan Sukur, Swierczewski, Thuram, Totti, Van Buyten, Vanney, Veron, Vieira, Wanchope, Wiltord et Zidane qui chantent sur le même disque, c’est l’exploit réalisé par Pascal Obispo peu avant la Coupe du Monde 2002 : quarante-cinq footeux, et non des moindres, pour « Love United » au bénéfice de la recherche contre le Sida.

Terry Venables est un crooner et on ne le savait pas ! Déjà remarqué sur le maxi « The Spurs Go Marchin’ On » en 1967, l’ancien sélectionneur du onze britannique remet çà en 2002 sur « England Crazy » accompagné par le groupe Rider.

Luis Fernandez, ex-joueur du carré magique de l’équipe de France 1984-86, ex-joueur du PSG et du Matra, ex-entraîneur du même PSG, bref ex en général, profite de l’été 2004 pour pousser à son tour la chansonnette. C’est écrit par Fred Poulet et ça s’appelle « Luis Attaque« . On ne le défendra pas.

Diego Maradona n’a jamais sorti de disque, mais on le voit interpréter « La Mano de Dios« , une chanson à sa gloire écrite par un dénommé Rodrigo, dans le film que lui a consacré Emir Kusturica (lire notre article).

L’ivoirien Jean-Jacques Domoraud est un peu moins connu que son grand frère Cyril sur le plan du foot, mais question musique, il prend plusieurs longueurs d’avance avec son single « Coupé-décalé sicilien » (2008).

L’inévitable Eric Cantona, en 2008, participe à « La Mécanique du Coeur« , le superbe album de Dionysos. Quatre ans plus tard, il écrit les paroles du premier album de son épouse, Rachida Brakni.

En 2010, l’équipe nationale du Burkina Faso, en partance pour la CAN en Angola, sort un morceau dont le titre révèle les intentions des joueurs : « On va gagner« . Les étalons sortiront dès le premier tour.

Tony Vairelles, l’indomptable mulet du RC Lens, se lance en 2013 dans le slam, avec notamment un morceau dédié aux « Sang et Or« .

Dès qu’un nouveau footballeur sera repéré en train de pousser la chansonnette, il sera dénoncé sur cette page.

Sur le web :

Big 4 des chansons insupportables évoquées sur ce site

Love United« Love United »
Pascal Obispo

I will survive« I will survive »
Hermes House Band

Tous ensemble« Tous ensemble »
Johnny Hallyday

Youri DjorkaeffToutes les chansons de footballeurs…
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :