Du stade aux Arènes

TELEVISION – Depuis 1988, les Guignols de Canal Plus refont l’actualité à travers des personnages clés représentés par des marionnettes. Le foot, bien sûr, n’y échappe pas.

(mise à jour le 20 octobre 2017)

Les Guignols de l'Info

Les Guignols de l’Info ont été créés en 1988 sur la chaine Canal Plus. Sur le modèle de l’émission anglaise Spitting Image, des marionnettes représentant des personnalités réelles donnent leur version de l’actualité dans un journal télévisé quotidien d’une dizaine de minutes.

L’humour des Guignols repose avant tout sur le comique de répétition, avec des répliques attribuée à chaque personnage que celui-ci répète à chaque apparition pour conclure une situation d’actualité.

Si les personnages de la vie politique et médiatique ont la part belle, le domaine du sport, et donc du foot, n’est pas en reste. Pourtant, au début, le monde sportif n’avait pas trouvé sa place dans les Arènes de l’Info, premier nom de l’émission. Il est vrai qu’à la fin des années 1980, il n’occupait pas en France l’espace médiatique autant qu’aujourd’hui.

Bernard Tapie

Bernard Tapie

Le premier footballeur à avoir sa marionnette aux Guignols est Diego Maradona. Représenté comme un imbécile bouffi et détruit par la drogue, son personnage tombera rapidement aux oubliettes.

C’est finalement Bernard Tapie qui le premier représente durablement le monde du foot aux Guignols. Il est vrai que le président de l’Olympique de Marseille est alors ultra-médiatisé tant pour son activité de businessman que d’homme politique. Sa marionnette est une grande gueule sûre d’elle, qui s’autodéfinit comme étant « sévèrement burné ».

Jean-Pierre Papin

Jean-Pierre Papin

Les footballeurs font vraiment leur apparition aux Guignols fin mai 1992, après presque quatre années d’émission. Alors que se prépare le Championnat d’Europe en Suède, apparaissent simultanément les marionnettes de Michel Platini, sélectionneur de l’équipe de France, et de Jean-Pierre Papin, avant-centre et buteur des Bleus. Le premier, ancien grand joueur, tente d’inculquer sa science du foot au second, représenté comme un grand enfant qui demande toujours à ce qu’on lui explique les choses (« Ben pourquoi ?« ). Il se murmure que le vrai Jean-Pierre Papin n’a guère apprécié sa marionnette.

Thierry Roland & Jean-Michel Larqué

Thierry Roland & Jean-Michel Larqué

Dans le même temps apparaissent également les marionnettes du célèbre duo de commentateurs TV, Thierry Roland et Jean-Michel Larqué. Le premier ne mâche pas ses mots, se laissant aller bien souvent à des remarques racistes et discriminantes, propos que cherche à tempérer tant bien que mal son acolyte stéphanois. C’est ici que naitra le fameux « Tout-à-fait Thierry » (bien que la première mise en valeur du « Tout-à-fait » des commentaires sportifs pourrait être revendiquée par les Inconnus dans un de leur plus fameux sketchs).

Eric Cantona

Eric Cantona

Un an après JPP, un autre footballeur français se retrouve au premier plan de l’actualité, le bouillonnant Eric Cantona, que les Guignols représentent comme un écorché vif qui se voudrait poète. Ses propos incompréhensibles laissent ses interlocuteurs dubitatifs, et devant ce manque de répondant, le joueur menace : « Si c’est ça, je m’en vais.« . Il est le copain préféré de JPP, qui est fasciné par le personnage au point de s’en faire un guide spirituel. Il le surnomme Picasso.

Guy Roux

Guy Roux

En 1993 survient un autre personnage haut en couleur, Guy Roux, l’entraineur du club d’Auxerre, représenté comme un éleveur de champions doté d’un bon sens paysan dont le mot d’ordre est : « Faut pas gâcher« . Son intérêt semble moins de faire gagner son équipe que de vendre ses joueurs.

Michel Denisot

Michel Denisot

En 1991, la chaîne Canal Plus, qui diffuse les Guignols, est devenue propriétaire du Paris Saint-Germain. Du coup, le club parisien est la cible privilégiée de l’émission. On voit ainsi apparaitre les personnalités du club parisien et en premier lieu le président-délégué Michel Denisot, par ailleurs animateur de la chaine, que les Guignols transforment en un personnage taciturne, tout en retenue, tellement peu enthousiaste qu’il rate chacune de ses blagues, et se sent obligé de les ponctuer d’un honteux « Désolé« .

Luis Fernandez

Luis Fernandez

En 1995 apparaît Luis Fernandez, l’entraineur emblématique de ces années PSG-Canal. Un homme enthousiaste à la syntaxe aussi douteuse que ses options tactiques. On ajoutera à cette galerie PSG le journaliste Charles Biétry, le commentateur-maison qui sous prétexte de neutralité dénigre continuellement le club… dont il deviendra l’éphémère président lorsque Michel Denisot prendra du recul.

Aimé Jacquet

L’imminence de la Coupe du Monde 1998 oblige les Guignols à s’intéresser au sort de l’équipe de France, et notamment de son sélectionneur Aimé Jacquet. Celui-ci, déjà largement critiqué par ailleurs, passe pour un meneur d’hommes incompétent. Une fois la Coupe du Monde remportée, le personnage prendra évidemment une nouvelle stature. Il deviendra consultant TV, donnant si peu d’information qu’il déprimera le commentateur vedette.

C’est à partir de cette période que le public français devient très réceptif aux choses du foot, et donc qu’apparaissent régulièrement aux Guignols les footballeurs les plus en vue. Didier Deschamps, le capitaine de l’équipe de France démontre son habileté à donner invariablement la même réponse quelque soit la question posée. Son camarade Marcel Desailly est représenté comme un homme ayant une haute estime de lui-même, alors que Zinédine Zidane, au contraire, présente un visage timide et renfermé, avec une propension à donner des coups de boule à la moindre contrariété. Enfin, le gardien Fabien Barthez, toujours prêt à « dire une conneurie« , est présenté comme un mec sympa et blagueur, ce qu’il n’a jamais été dans la réalité.

Dans les années 1998-2000, le foot devient vraiment une activité médiatique de premier plan, et les Guignols n’hésitent plus à créer une marionnette liée au foot dès qu’un joueur ou un dirigeant fait l’actualité. On voit ainsi apparaître le Brésilien Ronaldo , potentiellement le meilleur joueur du monde, auquel les Guignols donnent un caractère bionique. On voit aussi l’enigmatique Nicolas Anelka, l’enfant des banlieues devenu trop riche pour vraiment s’intéresser au foot.

Passé l’an 2000, les entraîneurs ont la part belle. Il y a bien sûr Roger Lemerre, le successeur d’Aimé Jacquet toujours obligé de montrer son badge pour rappeler qu’il est l’entraîneur de l’équipe de France. On aperçoit aussi Rolland Courbis, le pagnolesque entraîneur de l’OM qui ne remporte jamais de titres, Vahid Halilhodžic , le bosniaque partisan de la discipline de fer, et Jacques Santini, successeur de Roger Lemerre à la tête de l’équipe de France, qui endort ses joueurs à cause de son débit de parole trop lent.

Les stars de l’époque voient rapidement arriver leur marionnette, à l’existence plus ou moins durable, de Ronaldinho Gaucho, le joueur brésilien qui aime tant faire la fête à Cristiano Ronaldo, le portugais mi-footballeur mi-gravure de mode, surtout préoccupé par son look.

Les auteurs des Guignols n’oublient pas leurs collègues journalistes, parmi lesquels l’homme de terrain Laurent Paganelli, qui pouffe de ses propres blagues avant même de les terminer, et le journaliste vedette Thierry Gilardi, qui reprend bruyamment son souffle, soulignant son addiction au tabac malgré des problèmes cardio-vasculaires (le journaliste décèdera en 2009 d’un malaise cardiaque).

Assez curieusement, une grande figure du foot français de la première décennie du 21ème siècle ne verra jamais sa marionnette aux Guignols. Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais sept fois champion de France, n’a jamais inspiré les auteurs des Guignols. Sans doute trop auto-caricatural.

Raymond Domenech

Raymond Domenech

Puis en 2006 arriva Raymond Domenech. Comment les Guignols auraient-ils pu passer à coté d’un tel personnage, capable de composer son équipe selon le signe astrologique des joueurs et donc d’en éjecter pour les mêmes raisons, ou parce qu’ils plaisent à sa femme ? Le sélectionneur de l’équipe de France deviendra par la suite ce personnage acariâtre qui se plaît à de donner des airs de grand penseur et à mépriser son entourage, journalistes et joueurs compris.

Dans le sillage de Raymond apparaîtront les joueurs emblématiques de cette équipe de France peu glorieuse, mutine et prétentieuse. Parmi lesquels Franck Ribéry, footballeur surexcité à la syntaxe sommaire mais toujours prompt à lancer des vannes… qui ne font rire que lui. Apparaît également Jérôme Rothen, star éphémère du Paris Saint-Germain, Thierry Henry, qui aura dû attendre sa fameuse faute de main pour enfin voir son double en latex, ou encore Hugo Lloris, gardien de but timide et affamé.

Après le Mondial catastrophique de 2010, c’est l’ancien joueur Laurent Blanc qui prend les choses en main en devenant sélectionneur de l’équipe de France. Les Guignols en font un homme rigoureux qui cherche à avoir un message clair, mais qui transforme ses réflexions en syllogismes. L’affaire dite des quotas changera le personnage, qui multipliera les efforts pour prouver qu’il n’est pas raciste. En 2012, c’est son ancien coéquipier Didier Deschamps qui prendra le rôle de sélectionneur.

Dans la même période on voit apparaître Hervé Mathoux devenu le journaliste sportif numéro un de la chaine cryptée, aux cotés du massif Pierre Ménès, journaliste aux blagues douteuses et aux jugements définitifs.

En 2012, c’est de nouveau le Paris Saint-Germain qui intéresse l’émission. Il y a pourtant longtemps que la chaîne n’est plus propriétaire du club, mais celui-ci est entré dans une nouvelle dimension en 2011 lorsqu’il est racheté par un fonds d’investissement qatari. Les Guignols représentent le président qatari comme un prince arabe qui ne parle que via son traducteur, un certain Leonardo, ancien joueur du PSG devenu un dirigeant très distant.

L’arrivée d’une recrue d’envergure, en l’occurrence l’immense Zlatan Ibrahimović, va non seulement attirer les projecteurs sur le Paris Saint-Germain, mais également donner un coup de fouet à l’émission en perte de vitesse. La marionnette de l’attaquant suédois est à la mesure du personnage : égocentrique, arrogante et ne parlant d’elle qu’à la troisième personne. Surtout, elle emploie son prénom à toutes les sauces et fait du verbe « Zlataner » une nouvelle expression, lui donnant le sens qu’elle souhaite selon le contexte.

Six mois après Zlatan, une deuxième recrue de dimension internationale signe au PSG : L’Anglais David Beckham, recruté moins pour ses talents de footballeur que d’icône publicitaire. Les Guignols ne s’y trompent pas, ne faisant s’exprimer son double de latex qu’en citant le nom de ses sponsors.

Par la suite, les joueurs du Paris Saint Germain inspireront les auteurs des Guignols, notamment le Brésilien chevelu David Luiz, très prosélyte, et le jeune Serge Aurier qui insulte ses partenaires sur les réseaux sociaux. Les guignols adoptent également Marcelo Bielsa, le truculent entraîneur argentin de l’Olympique de Marseille.

Bien entendu, les deux meilleurs joueurs du monde de la décennie 2010 ne sont pas oubliés : L’argentin de Barcelone Lionel Messi et le Portugais du Real Madrid Cristiano Ronaldo.

En 2015, le rachat de Canal Plus par le milliardaire Vincent Bolloré fait planer une menace de disparition des Guignols, que l’homme d’affaire n’apprécie pas du tout. L’émission est maintenue tant bien que mal à des horaires fluctuants.

Sur le plan du foot, les Guignols gardent parmi leurs cibles favorites le Paris Saint-Germain, club ultra-richissime qui domine l’espace médiatique français. Toutes les figures du club ou presque ont le droit à leur double de latex : Unai Emery, l’entraîneur, Edinson Cavani, l’attaquant uruguayen, Neymar le coûteux brésilien et Kilian Mbappé le jeune prodige.

Il s’agit à ce jour des dernières recrues des Guignols. Cet exposé est désormais terminé. Vous pouvez reprendre une activité normale. A tchao’ bonsoir.

Sur le web :

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :