Bilal, Cauvin et la mort du foot

BANDE DESSINEE – « Hors-Jeu » écrit par Patrick Cauvin et illustré par Enki Bilal, imagine dès 1987 ce que sera le football du futur. Aujourd’hui, nous n’en sommes peut-être plus très loin.

Hors Jeu Bilal Cauvin

Les footballeurs professionnels sont devenus les gladiateurs des temps modernes. Le football brasse un argent considérable et chaque rencontre implique des intérêts démesurés. La tournure que prend le football de haut niveau inquiète parfois. Et rejoint de plus en plus de l’approche qu’en avaient donné Enki Bilal et Patrick Cauvin.

« Hors jeu » est sorti en 1987. Malgré son titre extrêmement banal, il s’agit d’une bande dessinée référence. Pas vraiment une bande dessinée, d’ailleurs, plutôt une suite de petites histoires imaginées par Cauvin et portées par les magnifiques illustrations de Bilal.

Une équipe de télévision fait appel à Stan Skavelicz, un ancien commentateur sportif qui a été le témoin d’un évènement important : la mort d’un jeu appelé football. Le vieillard, encore lucide, raconte alors quelques joueurs marquants des derniers championnats.

Ces compétions se déroulaient dans un monde où la technologie avait progressé sans rien apporter toutefois à l’humanité. Celle-ci restait toujours victime de sa propre violence, de son instinct de guerre et ses irrépressibles penchants nationalistes. Un monde futuriste et corrompu où l’homme n’avait finalement pas vraiment évolué, comme en témoignait la présence toujours vivace des vieux symboles étatiques : la croix suisse, l’étoile yougoslave, l’Union Jack, l’aigle albanais, la faucille et le marteau…

Les rencontres de football se déroulaient dans des stades-bunkers où l’on ne voyait aucun spectateur. A quoi bon puisque les rencontres étaient intégralement diffusées sur les réseaux TV ? Les rencontres étaient d’une violence extrême à tel point que certains joueurs y laissaient la vie. On pense irrésistiblement au film « Rollerball » où les règles du jeu s’adaptent à la violence, grandissante et réclamée par le public.

Les arbitres étaient protégés dans des fosses recouvertes d’une bulle de verre. Les contestations étaient légions, et les décisions des hommes en noir semblaient prises parfois au péril de leurs vies. La mixité était devenu courante et il n’était plus rare de voir des femmes dans certaines équipes. Elles apportaient une touche de grâce dans un sport devenu si rude où l’on n’hésitait plus à greffer des éléments électroniques à certains joueurs.

Gangrené par la violence et la corruption, le jeu perdit de son intérêt et mourut à petit feu. « Hors-jeu » se termine toutefois par une note d’espoir… Des enfants jouent au ballon et font renaître le sport. Celui-ci survivra s’il n’oublie pas de rester ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être : un jeu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1987 – Humanoïdes Associés. Réédité en 1998 aux éditions Autrement.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :