Légendes bossa-nova

FILM – Un documentaire fabuleux, « Pelé, Garrincha, dieux du Brésil » (2002) conte l’histoire parallèle de deux footballeurs d’exception aux destins opposés. Signé Jean-Christophe Rosé.

Pelé Garrincha dieux du Brésil

Deux coéquipiers, deux champions du monde, deux symboles de leur pays : Pelé et Garrincha. Leur légende commence en 1958 en Suède, lors de la Coupe du Monde. Pour le troisième match face à l’Union Soviétique, le sélectionneur Vicente Feola se risque à titulariser les deux jeunes remplaçants. Le Brésil l’emporte puis s’envole jusqu’au titre mondial, cicatrisant la douloureuse défaite de 1950.

Garrincha a 25 ans, Pelé 17. Les deux joueurs deviennent des figures du Brésil des années soixante, un pays qui alors cherche à sortir du sous-développement et s’invente au beau milieu du pays une nouvelle capitale, Brasilia. Ni amis, ni rivaux, Pelé et Garrincha sont tantôt coéquipiers, avec l’équipe du Brésil, tantôt adversaires, avec Santos et Botafogo. Dans l’imaginaire brésilien, tout les oppose : le Noir et l’Indien, l’Athlète et le Boiteux, le joueur complet et l’ailier au dribble unique.

Pelé est le leader technique de la Selecao. Mais lorsqu’il se blesse, c’est Garrincha qui prend les choses en main. Comme lors de la Coupe du Monde 1962 au Chili, où l’ailier assume l’absence du meneur de jeu en se positionnant au centre du terrain pour réguler le jeu de son équipe. Le Brésil est de nouveau champion du monde.

Quatre ans plus tard, lors du premier match de la Coupe du Monde 1966, Pelé et Garrincha signent la victoire (2-0) contre la Bulgarie. Mais Pelé est amoindri, victime des brutalités adverses. Quand à Garrincha, il n’est plus que l’ombre de lui-même. Le match suivant contre la Hongrie est perdu 3-1. Sa première défaite avec l’équipe du Brésil. Son dernier match.

Tandis que Pelé l’exemplaire deviendra riche et célèbre, Garrincha l’oiseau sauvage aura toutes les peines du monde à gérer sa notoriété. Le premier deviendra ministre et millionnaire,en polissant son image dans de fructueuses publicités. L’autre dépensera sa fortune dans le monde de la nuit puis mourra alcoolique et fauché.

Le Suisse Jean-Christophe Rosé est un spécialiste du documentaire sportif pour la télévision. Avant Pelé et Garrincha, il s’est consacré à Fausto Coppi, Sugar Ray Robinson et l’équipe de Hongrie. Il s’attaquera ensuite à Diego Maradona et Marcel Cerdan. Tous des champions qui ont marqué leur époque et dont la carrière épousa l’histoire de leur pays.

Pelé, Garrincha, Dieux du Brésil. Un documentaire de Jean-Christophe Rosé (2002)

> Lire l’analyse du film sur le blog citylightscinema.

Les fabuleux documentaires foot de Jean-Christophe Rosé
Onze footballeurs en or
Onze footballeurs en or
(1996)
Pelé, Garrincha (Brésil)
Pelé, Garrincha, dieux du Brésil
(2002)
Maradona, un gamin en or
Maradona, un gamin en or
(2006)
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :