No time for losers

CHANSON – Le morceau « We Are the Champions » est par excellence l’hymne qui accompagne les grandes victoires. Pas une finale, pas un championnat qui ne se conclue désormais sans ce morceau de Queen, écrit en 1977.

Queen Freddy Mercury

« Je voulais un morceau dans lequel le public pouvait participer, quelque chose que les fans pouvaient reprendre à tue-tête« . L’explication est claire et limpide. Freddy Mercury a spécifiquement écrit « We are the Champions » pour qu’il soit repris dans les stades. D’abord dans ceux où se produit son groupe Queen. Puis dans tous les autres, partout dans le monde.

Si les paroles font directement référence à la victoire anglaise lors de la Coupe du Monde en 1966, elles ont le bon goût de rester vagues et donc de pouvoir être reprises par n’importe quel fan de n’importe quelle équipe dans n’importe quel sport. C’est une chanson de foot, donc. « J’y ai ajouté un côté théâtral, pour être un peu plus subtil qu’une chanson de foot traditionnelle« , précisera Freddy Mercury.

A l’époque (nous sommes en 1977), le groupe anglais recherchait clairement à composer des morceaux qui puissent être chantés en choeur. Sur cette base est d’abord né « We Will Rock You« , un morceau extrêmement minimal, tant dans sa composition que dans sa réalisation. Le morceau est enregistré dans une ancienne église où les quatre musiciens frappent dans les mains et tapent des pieds sur des planches. Aucune batterie, juste un effet delay qui épaissit la percussion. « On a ajouté un peu de chant, un peu de guitare, et c’est tout…« , ajoutera Brian May, le guitariste et co-leader du groupe.

Ainsi donc « We are the Champions » est apparu en face B de « We Will Rock You » le 7 octobre 1977. Les deux morceaux se succèdent au début de l’album « News of the World » sorti quelques semaines plus tard. En concert, les deux morceaux seront traditionnellement joués en dernier (juste avant, en fait, le « God Save The Queen » que Brian May reprend à la guitare pour clore les concerts).

Ce n’est qu’au début des années quatre-vingt-dix que la chanson s’installe vraiment dans les stades. Quelques groupes de supporters s’y risquent, notamment du coté d’Amsterdam, pour rendre hommage au regretté Freddy Mercury, disparu en 1991. « We are the champions » est devenu un classique des tribunes, sans doute le plus universel.

A l’issue d’un concert à Buenos Aires en 1981, les membres de Queen reçoivent la visite de Diego Armando Maradona.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :