Le tacle et la mauvaise foi

CHANSONS – Miossec, chanteur brestois, aime agrémenter son répertoire de quelques références sportives. Le foot a eu le droit à deux morceaux d’envergure, « Evoluer en troisième division » et l’inévitable « Stade Brestoa »

Miossec

Lorsqu’il déboule sans prévenir en 1995 avec son album « Boire » , Miossec n’oublie pas sa petite métaphore footballistique et rend hommage, dans « Evoluer en troisième division » aux arrières droit assez brutaux évoluant en D3, qui sentent la bière et l’animal, le tacle et la mauvaise foi.

« Quand je joue au foot, j’aime bien jouer arrière droit, ne pas lâcher mon attaquant. J’aime le coté physique de cet affrontement. Je ne sais pas faire grand chose avec le ballon, je ne sais que casser, en fait. La chanson, c’est l’histoire d’un mec comme moi. Et puis j’aime bien l’idée de cette D3, une sorte de division un peu bizarre, sans trop d’âme, où des pros affrontent des équipes de campagne, un monde un peu limite et mélangé, à la marge »

« Un moment, j’ai travaillé à la Réunion, comme journaliste, et je jouais dans l’équipe de la presse. Là-bas, tout le monde cherche à briller, à attaquer, et moi je m’accrochais comme un enragé à mon attaquant. J’étais l’Ecossais de service. J’ai même eu des propositions de clubs, tellement ce genre de joueurs n’était pas fréquent là-bas »

Dans le deuxième album du brestois, apparaîtra « Le Critérium » un morceau dans le même esprit que « Troisième Division » où l’arrière droit brutal cède sa place au passeur de bidons. Footballeurs et cyclistes, même combat.

« Chez moi, le sport était quelque chose de très important. Il y avait des coupes partout à la maison. Moi, j’étais basketteur, je jouais à l’ES Kerbonne Brest, mais j’ai toujours aimé le foot »

En 1998, Miossec enregistre « Stade Brestoa » pour le journal Libération qui édite une compilation de chanson sur le thème du foot. Miossec pleurniche la mort du Brest Armorique, club mythique animé par de grands joueurs (Miossec les cite un par un dès le premier couplet) mais détruit par des dirigeants pas très clairs.

« Je ne suis pas du tout nostalgique de la période où Brest avait une équipe professionnelle. A la maison, Yvinec, le président du club, c’était plutôt le bête noire. Mon père, un vieux cégétiste, trouvait vraiment indécentes toutes les histoires d’argent qui ont entouré la vie de ce club »

« Sinon, j’ai toujours aimé Nantes. Pour le jeu, sans doute. J’aime bien Suaudeau, le personnage. Vu de loin, c’est surement un mec déformé par les médias, mais il dégage une sorte de sensibilité. Il est beau à voir. Plus jeune, je supportais aussi Laval, le coté petits dans un monde de gros »

Pas de doutes, cet homme a du goût.


Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :